Selon les deux coauteurs, le président des États-Unis fascine non seulement les Américains mais également le reste du monde. À croire que le centre mondial du pouvoir se trouve à Washington. Les campagnes pour l’élection présidentielle sont suivies avec une attention constante sur tous les continents. À croire que « nous sommes tous américains ».


Le président des États-Unis est-il aussi puissant qu’on le croit ? Comment de Washington à Obama, en passant par Lincoln, Wilson, Kennedy, Reagan et beaucoup d’autres, la fonction présidentielle a-t-elle pris son essor ? Comment est-elle devenue le pivot de la démocratie ? Comment occupe-t-elle aujourd’hui, aux États-Unis et ailleurs, une place primordiale dans les esprits, dans les médias et dans l’action quotidienne ? Autant de questions auxquelles Kaspi et Harter tentent de répondre.


Les États-Unis ont connu une quarantaine de présidents (aucune présidente). Chaque fois qu’on a tenté de classer ces hommes, du meilleur au pire, George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln, Theodore Roosevelt et Franklin D. Roosevelt sont entrés sans contestation possible dans la catégorie des « grands présidents ». Selon un jury composé de 30 historiens, 25 politicologues et 23 juristes, les présidents moins bien classés incluent Richard Nixon (39e), Gerald Ford, George W. Bush et Bill Clinton (20e).


L’ouvrage se penche aussi sur les First Ladies ou épouses des présidents. Sauf quelques historiens, personne ne connaît le nom de Mme Washington, de Mme Lincoln ou de Mme Theodore Roosevelt. C’est vraiment à partir de Mme Eleonor Roosevelt que les États-Unis s’intéressent à la First Lady. Il faut dire que Mme E. Roosevelt a joué un rôle important dans la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme.


Jacqueline Kennedy a fait tourner les têtes et a ouvert les portes de la Maison-Blanche aux artistes. Rosalynn Carter a été la première à avoir un bureau à la Maison-Blanche et à présidé (officieusement) une commission sur les problèmes de santé mentale. Elle a aussi représenté son pays aux funérailles de Paul VI.


De Franklin Roosevelt à Barack Obama, la présidence des États-Unis a connu que de nombreux bouleversements. Face au Congrès, à la Cour suprême et aux cinquante États fédérés, à la tête d’une vaste administration, le président est graduellement devenu le symbole de la nation, le commandant suprême des forces armées et le responsable d’une diplomatie planétaire.


André Kaspi et Hélène Harter, Les Présidents américains : de Washington à Obama, étude, Paris, Éditions Tallandier, 2012, 272 pages, 32,95 $.


Le Régional (Hamilton), semaines du 25 juillet au 7 août 2012.

Les Présidents américains : de Washington à Obama

Président des États-Unis ou de la planète ?  


Paul-François Sylvestre


Il y a 225 ans, les Américains inventaient la fonction présidentielle. Depuis lors, tous les quatre ans, ils élisent leur président le mardi qui suit le premier lundi de novembre. Plus que jamais, ils sont persuadés, comme la plupart des étrangers, qu’à la Maison Blanche, « l’homme le plus puissant de la planète » règle les affaires de la nation et, pourquoi pas, du monde entier. Deux spécialistes français de l’histoire des États-Unis, André Kaspi et Hélène Harter, se sont penchés sur cet homme le plus puissant et ont publié Les Présidents américains : de Washington à Obama.

Biographie Publications Échos de la critique Écrits de la semaine Nouvelles Contact
ENGLISH
English Home  Paul-François Sylvestre 
Accueil français